Imprimer 

Restauration intégrale Jetta GLI 1800 série spéciale TX.

Marque: Volkswagen

Type: Jetta TX GLI 1800

Année de première mise en circulation: 1983

Année  millésime: 1984

Couleur: Bleu Régate

Kilométrage: 239'000 Km

Spécificités : Série spéciale "TX", importée de Suisse.

Dernier millésime de production de la série 1 (Châssis E).

Bénéficie de la protection anti-corrosion la plus performante des séries 1.

De par le présent article, nous allons vous faire partager un petit peu l'histoire de cette Jetta GLI série 1, série spéciale TX, ainsi que sa restauration intégrale.

Pour commencer depuis le début, il faut savoir que cette voiture est l’une des dernières Jetta 1 avec moteur GTI (GLI) qui a été vendue par Amag Genève avant la commercialisation de la série 2.

Pour ceux qui l’ignorent, Amag est l’importateur de Volkswagen pour la Suisse.

La voiture a été achetée neuve par un garage VW de Genève.

Cette voiture a reçu un kit carrosserie en fibre, un intérieur sport Recaro, des freins à disques arrière, des jantes alu PLS en 6 x 13, ainsi qu’un kit moteur Turbo Horag.

Après plusieurs années d’utilisation, le turbo a eu raison de la fiabilité légendaire du moteur 1800 d’origine.

A ce moment là, la voiture qui était devenue une vieille voiture, a vu se monter un moteur démonté sur une Scirocco 2 ou Golf cabriolet injection et catalysé (Type JH).

La boite de vitesse, quand à elle, était issue d’un modèle à carburateur.

L’échappement non pourvu du catalyseur s’est ainsi trouvé bricolé pour être adapté  avec le moteur monté sur la voiture.

Ensuite, malheureusement, la voiture est passée entre quelques mains peu soigneuses.

Aussi, il faut dire qu’à cette époque, la ligne de la Jetta 1 ayant pris un sérieux coup de vieux, par conséquent pour ces propriétaires là, cette dernière était considérée comme une « vieille casserole » qui ne part pas à la casse tant qu’elle passe encore le contrôle technique.

Mais la vaillante « vieille casserole » n’ayant pas dit son dernier mot, a tenu bon !

Le dernier propriétaire, peu de temps avant que je ne l’achète, et en se faisant plaisir, s’est même encore « offert » une sortie de route en descendant du Salève, d’où les traces de « touchette » à l’avant droite.

Suite à cette sortie de route, il lui a fallut remplacer le capot, l’aile avant droite, le phare avant droit ainsi que le pare-choc avant pour continuer à rouler avant la fin de la validité de la période du contrôle technique.

Ceci explique les pièces de couleur grises, ces dernières ayant été prélevées sur une épave.

Pour la petite histoire, à ce moment là, la voiture totalise seulement 150'000 kms.

Voici quelques photos juste après l’achat (un grand merci à Senyuki) :

La tache qu’il est possible d’apercevoir sur le haut de l’aile est un trou de corrosion !

 

 

Le moteur de type JH et catalysé à l’origine :

L’intérieur a bien vécu :

 

 

Cahier des charges de la restauration :

- Obtenir au final, un look relativement sobre et qui met en valeur les lignes de la Jetta 1

- Garder au maximum les pièces d’origine montées en 1983 par l’usine.

- Assurer un remontage / réassemblage conforme à l’origine, et ce à la rondelle près.

- Faire traiter par procédé galvanique, le plus possible de la visserie de l’auto.

- Faire sabler et thermolaquer un maximum des pièces qui sont d’origine peintes en noir.

- Dans un soucis de conservation de l’intégrité de l’auto ainsi que de sa fiabilité, décision est prise d’éviter au grand maximum l’utilisation de pièces de repro qui sont trop souvent de qualité inférieure.

- Dans l’éventualité d’un retour à l’origine, préserver et stocker un maximum des pièces spécifiques à la série spéciale TX.

A présent, le démontage en vue de la restauration peut donc commencer.

Sont d’abord démontés, le kit carrosserie, la calandre, ainsi que le pare-choc arrière.

Bonne surprise, la coque est exceptionnellement saine.

 

Le groupe motopropulseur, le capot, les ailes avant, tout est démonté.

La tôle frontale est déposée, car malheureusement, cette dernière est irrécupérable.

Pour les pièces de rechange, une autre Jetta GLI, millésime 1983 sera utilisée.

Cette dernière, de même couleur, est achetée complète en casse afin d’y prélever les pièces nécessaires à la restauration de la TX.

 

 

Sur la donneuse d’organes qui totalise environ 140'000 km, serons prélevés en priorité :

- Moteur 1800 injection type JJ

- Boite de vitesse millésime 83, type 7G, qui se révèle être un échange standard VW

- Aile avant droite

- Capot moteur

- Tôle frontale

- Cardans D et G

- Frein arrière et maître-cylindre

- Coffre de malle arrière

- Portes avant droite et arrière droite

- L’échappement complet

La tôle frontale, le coffre de malle, le capot et l’aile avant droite de la donneuse d’organes sont montés sur la voiture.

L’avant étant terminé, la voiture est à présent retournée :

L’aile avant gauche d’origine de la voiture est aussi remontée.

Les joints entre les ailes et la coque sont à nouveau refaits pour être le plus proche possible de l’origine.

Les portes avant droite et arrière droite sont remplacées :

La version TX bénéficiant des glaces athermiques, celles des portes de la donneuse d’organe, qui sont blanches, seront déposées et changées par celle d’origine de la TX.

L’arrière a lui aussi été soigné :

L’intérieur est intégralement démonté :

 

A présent, voilà, c’est vide :

Les préparatifs pour la peinture vont bon train :

 

 

 

Après la peinture, s’en suit le remontage.

Le tableau de bord de la Jetta est remplacé par un tableau de bord de Golf GTI 1, plus pratique avec son vide-poche sur le haut.

La moquette est remplacée par une moquette noire de Golf GTI 5 portes, car plus épaisse, ce qui donne un aspect plus cossu à l’ensemble.

Les sièges sont prélevés sur une Jetta GLI 83 qui avait l’option des sièges sport, code ZX.

Les trains roulants sont équipés avec des ressorts court Eibach de Golf GTI 1, ainsi qu’avec des amortisseurs sport :

 

Un test de rajout de longues-portées a été réalisé sur un pare-choc déjà percé par un précédent propriétaire:

Le compartiment moteur a aussi eu droit à une peinture neuve :

Remplacement préventif de la goulotte de remplissage de carburant par une pièce neuve et d’origine VW.

Encore de bonnes nouvelles, pas de corrosion.

Aussi bien à l’extérieur :

Qu’à l’intérieur :

 

Les premiers problèmes surviennent…

Le moteur qui a 140'000 km a une consommation anormale d’huile (environ 2 L / 1000 km) et la boite 7G échange standard a le syncro de 2ème vitesse qui gratte…

Décision est donc prise de remplacer le groupe motopropulseur complet.

Il va donc être monté un moteur identique, de type JJ, accouplé à une boite de Scirocco 82 1600, type FK.

La boite FK est une boite un peu plus courte que la 7G (comparable à la FM ou FD), et de plus, cette dernière possède déjà la prise pour l’ordinateur de bord.

Sur la Jetta TX qui est équipée de l’ordinateur de bord, la boite FK est donc « plug and play ».

Avant le montage dans la voiture, reste à changer pour la seconde fois tous les joints sur le moteur, ainsi que la distribution.

Les simerings d’arbre de boite sont aussi changés.

 

 

 

Après avoir roulé quelques temps, la boite FK couplée au 1800 ne donnant que très moyennement satisfaction, cette dernière est à nouveau remplacée.

Un retours à l’origine, c-a-d avec une boite 9A est effectué.

A l’origine, les Golf 1 / Jetta 1 injection châssis E sont équipées de boite de vitesse 9A ou plus rarement 4Y.

Les simerings d’arbre de boite sont de nouveau aussi changés.

Par la même occasion, l’embrayage est aussi déposé pour un contrôle du simering de vilebrequin.

L’occasion est saisie, pour tester la tenue dans le temps, ainsi qu’à la température de chapes de freins retraitées :

Il est aussi noté, que lors d’une prochaine intervention, les protections métalliques des disques qui sont manquantes, seront remises en place.

Changement de longues portées et montage de jantes ATS Cup 7 x 15 ET 28 :

 

 

 

 Le freinage arrière manquait d’efficacité :

Mise en neuf des pièces suivantes :

- Garnitures de frein

- Roulements arrières avec simerings

- Cylindres de roue

- Les câbles de freins à main ont été mis neuf précédemment

 

 

Petite arsouille à "vitesse modérée" sur l’autoroute, un radiateur monté d’occasion, mais partiellement bouché, et le joint de culasse est à remplacer.

Dépose de la culasse :

 

Pas très beau tout ça :

 

Ne jamais "tirer" à froid et faire les services correctement, on s’y retrouve forcément.

Les cylindres sont en excellent état, pour un bas moteur qui approche les 300'000 km !!!

La coque de l’auto est en excellent état :

La culasse revient de chez le spécialiste où elle a été entièrement refaite.

Détails des travaux :

- joints de queue de soupapes neufs

- sièges de soupapes neufs

- guides de soupapes neufs

- planage du plan de joint

- rodage des soupapes dans le siège

- test d’étanchéité de la culasse

Le résultat final :

 

 

Quelques pièces neuves :

 

Remontage de la culasse :

S’en suivra la pose d’un radiateur de refroidissement neuf...

Pour tenter une nouvelle fois de corriger des problèmes d’assiette, remplacement des amortisseurs arrière par des Koni, ainsi que pose de ressorts spéciaux un peu plus long que ceux d’origine installés précédemment.

Les voici montés :

Les plus observateurs aurons remarqué la petite fuite de carburant sur l’accumulateur de pression.

Ce dernier, ainsi que la pompe à essence serons prochainement mis neuf.

Mise à neuf des éclairages de plaque, des platines électrique, des joints, ainsi que de la visserie :

 

Remise à neuf du train avant.

Neuf :

- Roulements avant droit et gauche

- Trapèze droit et gauche

- Silentbloc arrière droit et gauche de trapèzes

- Silentbloc avant droit et gauche de trapèzes

- Rotule inférieure droite et gauche

- Visserie de rotule inférieure droite et gauche

- Amortisseurs avant droit et gauche

- Plaquette de frein avant Ferodo Racing DS 3000

Pièces traitées :

- Supports arrières de barre antiroulis

- Support inférieur de boite de vitesse et visserie

- Tringlerie de boite de vitesse

- Barre anti rapprochement inférieure zinguée

Avant intervention :

Démontage des anciens trapèzes, ces derniers sont posés à coté du nouveau moyeu sur lequel a été monté un roulement neuf :

Les anciens moyeux :

Les passages de roue avant droit et gauche complètement démontés pour cette opération :

 

A présent, tout est remonté :

 

 

 

La barre anti rapprochement en place :

Une vue d’ensemble :

Quelques vues en gros plan de pièces retraitées :

 

Le silentbloc qui supporte la boite à vitesse a lui aussi été remplacé par du neuf.

 

Une fois nettoyé, vues générales du dessous de caisse :

Montage des clignotants avant blanc et de jantes tôle 6 x 15 :

Nouvelles jantes, Camille Gotti 7 x 15 :

Une fois montées sur la Jetta :

 

 

 

 

 

 

Projection :

 

Finalement, le choix se porte sur des ATS Classics, dimension 7 x 14, ET 25, plus sobre.

 

 

Suppression définitive des longues-portées.

Démontage du pare-choc avant :

Le sigle VW chromé de la calandre va être remplacé par un noir qui est neuf :

Le voici monté sur la calandre de la Jetta :

Un pare-choc avant en parfait état va prendre place en lieu et place de celui qui était percé :

Pour ceux qui se demandent de quelle manière les anti-brouillards d’origine sont fixés, voici la réponse :

Une fois que tout est remonté :

Montage de différentes pièces traitées galvaniquement au nickel :

 

Le support du module d’allumage est sablé et thermolaqué, la visserie nickelée :

Montage d’un alternateur 90 A de golf 2. Ce dernier est révisé et sa visserie est nickelée.

Le faisceau de charge, spécifique à ce modèle d’alternateur, sera lui aussi mis neuf :

La poulie de pompe à eau a aussi été chromée.

Les différents caches noirs sont aussi sablés et thermolaqués, la visserie est nickelée :

Le vase d’expansion et la sonde de niveau ont été mis neufs précédemment :

Le compartiment moteur commence vraiment à prendre forme :

Montage des combinés filetés KONI :

Application des autocollants, et voici le résultat final :

Après quelques années d’utilisation, le bas de la tôle frontale fini par demander quelques attentions.

Il y a quelques traces de corrosion et de rencontre diverses :

 

De la corrosion :

 

Et des rencontres fortuites :

Par conséquent, on répare.

Mise à blanc pour pouvoir faire le bilan :

De la corrosion perforante :

Et une tôle soudée, visiblement depuis quelques années:

Le bas de la jupe est irrécupérable, donc une bande sera coupée et remplacée sur toute la longueur, et le corps creux qui est sain sera traité à l’antirouille, puis à la cire corps creux :

Présentation de la tôle neuve :

 

Une fois la tôle soudée, l’anticorrosion et la peinture appliqués, c’est nettement plus propre :

 

Vient ensuite le tour des arrêtes de bas de caisse et bas de caisse.

Dans l’ordre :

- grattage soigneux

- application d’un apprêt neutralisant

- application d’une légère couche d’anti-gravillons

- application de la peinture

Ici, après grattage et application de l’apprêt neutralisant :

La même chose avec en plus un petit "pansement" :

Après l’application de la peinture :

 

 

 

 

Avant le remontage de la face avant, montage pour un test de jantes ATS Cup 5.5 x 15 :

Le remontage est terminé, la Jetta roule à nouveau :

Just for fun…

Le compartiment moteur

Et le monogramme avant, spécifique à la série spéciale TX :

Sur l’autoroute, en Allemagne, en zone sans limitations :